Tourteau fromager, le Poitou cheesecake

The recipe in English : Cheesecake, the French way : « tourteau fromager » with goat cheese and an intriguing dark crust.

Tourteau fromager

Pour fêter le printemps qui s’installe doucement et mon anniversaire passé depuis peu, je vous propose aujourd’hui un gâteau au look peu commun, mais très frais et assez spécial pour moi, bien que ce ne soit pas mon fameux gâteau d’anniversaire à base de crème aux noix… Il s’agit d’un gâteau originaire du Poitou-Charentes, où vit une partie de ma famille (spéciale dédicace à deux de mes plus fidèles lectrices ;)) ; si vous voulez en savoir plus sur cette sympathique région française, l’émission « des racines et des ailes » de ce soir porte justement dessus ! C’est marrant car à bien y réfléchir, je crois que je n’ai pourtant jamais dégusté ce gâteau dans le Poitou-Charentes ! La seule version que je connais, et qui a donc été mon modèle pour élaborer cette recette, ce sont les tourteaux qu’on achète au supermarché, au rayon frais ; de temps en temps, mon père nous surprenait en en sortant un du frigo, ça nous faisait notre quart d’heure gourmand de l’après-midi ou de fin de repas. Et si vous en avez déjà goûté, vous serez d’accord avec moi pour moi que ça part beaucoup trop vite, et qu’il n’y en a jamais assez ! D’où l’intérêt d’essayer de le faire soi-même, ce qui permet de moduler les quantités…

Lire la suite

Publicités

Brioche à la pâte à tartiner au pain d’épices (autour du pain d’épices #3)

The recipe in English : Sweet rolls-shaped brioche, stuffed with gingerbread spread.

Brioche au pain d'épices

Et voici le fin mot de l’histoire ! Toute cette affaire de pain d’épices a pour point de départ et d’arrivée… un kouglof au pain d’épices aperçu chez Beau à la louche. Ça me semblait être la gourmandise ultime pour faire face à ce long hiver, et après l’avoir contemplé, convoité, imaginé, j’ai fini par le tester. Mais malheureusement, j’ai trouvé que non seulement, comme le dit Loukoum°°°, la farce n’était pas très facile à travailler, mais qu’en plus elle était un peu trop ferme et pas très présente au goût. Alors quand je suis tombée sur ma fameuse pâte à tartiner au pain d’épices, l’idée m’est naturellement venue de l’utiliser à la place de la garniture originale.

Lire la suite

À la découverte du cerfeuil : une omelette et un potage

Omelette et velouté au cerfeuil

In English : Exploring the uses of chervil : an omelette and a cream soup.

Dans la série des recettes traditionnelles, rapides et ultra-simples à faire, en voici à nouveau deux bons exemples. Je n’avais pas vraiment prévu de les réaliser, à vrai dire, mais n’ayant utilisé qu’une dizaine de brins de cerfeuil pour réaliser ma recette de salade de topinambour, je me suis ensuite retrouvée avec tout le reste d’une énorme botte de cerfeuil qui ne demandait qu’à être utilisé…

Lire la suite

Cailles rôties aux raisins et marrons, accompagnées d’une purée de céleri

Cailles aux raisins et marrons

In English : Pot roast quail with grapes and chestnuts, plus a celeriac purée.

Il y avait déjà un moment que l’idée de faire un plat salé avec des raisins me trottait dans la tête. Et puis, à l’époque des fêtes, comme on pouvait trouver plus facilement des cailles, j’en avais acheté sans projet vraiment précis, en pensant les cuisiner pour le réveillon ; leur chair rosée tient un peu de la viande de gibier, que j’aime beaucoup. C’était sans compter l’invasion des microbes : j’ai passé la semaine de Noël à me traîner comme une vieille wassingue (un terme très distingué employé par ici pour dire « serpillère »), et la semaine d’après – celle du Nouvel An – rebelote, mais cette fois pour mon cher et tendre. Bref, le repas chic’choc fut remisé aux oubliettes et les cailles au congélateur. Mais l’un dans l’autre, ça m’avait donné le temps de la réflexion et il en est ressorti l’envie de cuisiner ces malheureuses cailles avec les fameux raisins. J’avais trouvé une recette qui les associait dans l’un de mes magazines, mais il y avait aussi des champignons, ce qui me semblait un peu aberrant gustativement parlant. Du coup, j’ai pensé à une autre star des fêtes, au goût douceâtre et plus passe-partout : les marrons. Un bon moyen de se rattraper des réveillons ratés ! J’ai apporté quelques autres petites modifications et pour finir, j’ai accompagné ça d’une purée de céleri qui avait déjà fait ses preuves, et qui complète harmonieusement l’ensemble (l’association marrons – céleri fonctionne très bien en soupe). Eh bien, mon ogre, qui pourtant déteste manger des choses pleines d’os, s’en est léché les doigts ! En plus, ce n’est vraiment pas compliqué à faire ; et en ce qui concerne le sucré-salé, ce n’est pas très prononcé : les cailles, le raisin, les marrons… ça fait très traditionnel et franchouillard, en fin de compte.

Je vous livre donc ce petit plat à l’occasion de la Saint-Valentin, pour que vous puissiez éventuellement le servir à votre « caille » lors de vos prochains dîners aux chandelles… 😉

Lire la suite

Autour du magret séché : fabrication maison et quelques idées de toasts

Magret séché maison et toasts au magret séché

The recipe for the English-speakers : Cured duck breast and some ideas for making use of it.

Bon, comme je vous le disais dans mon dernier article, c’est on ne peut plus facile de faire soi-même son magret séché, et c’est tout de même une pitié de payer 4 euros 90 pauvres grammes de magret alors que c’est plus ou moins le prix d’un magret de 300g. Je vous donne donc la recette que j’ai suivie, qui est grosso modo la même que l’on trouve un peu partout sur Internet, parce que voilà : c’est comme ça que faisaient nos mamies, et leurs mamies avant elles, et c’est comme ça que nos petits-enfants et arrière-petits-enfants continueront à faire les charcuteries en salaison ! Pas encore né, le robot qui saura vraiment faire la cuisine…Et si vous avez envie de réaliser la recette que je vous présentais précédemment, il vous restera peut-être un peu de ce fameux magret séché. Je sais que la saison des apéros festifs est passée, mais bon, on trouve toujours quelque chose à célébrer, ou des amis à inviter, alors je vous soumets aussi quelques exemples de toasts réalisés vite fait avec ce qui me passait sous la main.

Lire la suite

Briochettes de Julia Child aux pralines roses : un début d’année tout en douceur

Briochettes aux pralines

Et nous voilà en 2013, chers visiteurs ! Je vous souhaite à tous de réussir dans ce que vous entreprendrez, d’être « treize heureux » (padam palaa la la… je précise qu’il s’agit d’une blague de l’ineffable Ève Angeli), et surtout de parvenir à satisfaire au mieux votre appétit d’ogre ! Pour ma part, j’espère réussir à y contribuer un peu 🙂

…et quoi de mieux qu’un bon petit-déjeuner pour bien commencer l’année ? Voici de petites brioches mignonnes comme tout et sucrées juste comme il faut pour calmer l’ours que l’on peut être au réveil ! Je voudrais aussi partager, à cette occasion, quelques « secrets » des brioches réussies, tels que j’ai pu les découvrir à force de lamentables échecs pratique en la matière…

Lire la suite

Vin chaud à la fève tonka, et autres variations sur le même thème

Vin chaud à la fève tonka

Je ne sais pas vous, mais cette période et ce temps sont pour moi associés entre autres au marché de Noël, où on se balade le soir, quand les guirlandes s’illuminent et que les odeurs d’encens, de vin chaud et de beignets qui se mélangent viennent réveillent notre odorat engourdi par le froid. J’adore traîner en compagnie de mon Ogre préféré devant les petites cabanes, en regardant les bijoux, babioles et autres bonnets, en remplissant mon sac de produits artisanaux (les meilleurs saucissons et fromages que j’aie jamais mangé !) et surtout en mangeant des marrons grillés et en buvant du vin chaud ! La « magie de Noël », quoi… une forme de conditionnement qui fait appel à notre « âme d’enfant » (comme de vouloir regarder une énième fois tous les « Harry Potter » alors qu’on a largement passé l’âge de les trouver regardables – mais ça c’est une autre histoire ^^). Toujours est-il que cette année, je n’ai pas tellement envie de mettre le bout de mon nez hors de chez moi sauf si j’y suis vraiment contrainte et forcée, du coup je me suis dit que je pouvais aussi éviter de me geler en réalisant mon propre vin chaud.

Lire la suite

Ravioles au lapin et aux champignons + comment réussir ses pâtes avec un laminoir

Ravioles au lapin et aux champignons

Avant que l’hiver ne soit officiellement installé (bon, je sais, avec le temps qu’il fait on s’y croirait déjà…), je tenais à vous présenter cette recette typiquement automnale. Tout a commencé le jour où j’ai découpé mon premier « lapinou » entier, telle le père Ducrasse : comme je ne comptais pas en faire de « terrinette », je me suis retrouvée avec deux malheureux filets séparés du reste de la carcasse. Et c’est là qu’intervint M. l’Ogre, qui me soumit la brillante idée d’en faire des ravioles, sans développer outre mesure. Mais ni une, ni deux, je me suis dit : hmm mais c’est que ce serait pas mal, avec des petits champignons sauvages (on forme une bonne équipe en cuisine : lui à la conception, moi à la confection ^^) ! Bref, le lendemain, je me lançais : le résultat fut à la hauteur, sauf pour la pâte à ravioles, jugée « trop épaisse » par mon goûteur attitré.

Lire la suite