Riz frit à la coréenne : kimchi bokkeum bap au kimchi maison et au tofu croustillant

Link to English post : Kimchi bokkeum bap, my way : Korean fried rice with homemade kimchi and crusty tofu.

Kimchi bokkeum bap au tofu croustillant

Je vous avais déjà parlé de mon goût pour le riz, une fois précédente ; voici de nouveau un de mes plats « comfort food » dont il est l’ingrédient principal (ça devient un peu lassant tout ce battage autour de la météo, alors je préfère m’abstenir d’y faire référence explicitement, mais il  me semble que ce genre de plat est encore d’actualité dans une bonne partie de notre pays…). Dans mon dernier article, je vous ai promis une recette de ma conception, mais ce n’est pas encore tout à fait le cas puisqu’il s’agit d’un plat traditionnel coréen, simplement un peu adapté par mes soins ; j’espère que vous ne m’en voudrez pas si je l’estampille quand même « l’Ogrerie »… En tous cas, ne vous trompez pas au titre, il n’est pas question de friture ici, et c’est d’ailleurs un plat qui nécessite peu de cuisson !

Lire la suite

Publicités

« Nuò mǐ jī » / « Lo mai gai » : riz gluant au poulet cuit en feuille de lotus, à la Cantonaise

The recipe in English : « Nuò mǐ jī » or « Lo mai gai » : Cantonese steamed sticky rice with chicken wrapped in lotus leaf.

Nuò Mǐ Jī, Riz gluant au poulet en feuille de lotus

Officiellement, c’est vrai qu’on est déjà au printemps ; c’est normalement le moment où des recettes légères, végétales et des photos aux couleurs vives, inondées de lumière, commencent à fleurir sur les blogs de cuisine. Mais avec le temps changeant que nous avons eu ici ces derniers temps (il gelait encore il y a à peine deux semaines, et le fameux proverbe au sujet du mois d’avril prend désormais tout son sens…), j’ai eu envie de me cuisiner des plats à l’image des pulls en laine que je continue de porter : chauds, doux et rassurants. Vous, à quoi pensez-vous quand vous avez besoin d’un  plat réconfortant ? En ce qui me concerne, c’est au riz.

Lire la suite

« Smarni », ou comment vous en sortir si vous ne savez pas faire sauter les crêpes

smarni 1''

The recipe for English-speakers : « Smarni », a Hungarian « scrambled pancake ».

Dans quelques jours, c’est la Chandeleur (et non pas la « Chandler », comme j’ai déjà pu le voir écrit 😉 – on les reconnaît, les fans de Friends !)… Et vous appréhendez peut-être déjà le moment où vous allez devoir faire bondir les crêpes de la poêle jusqu’au plafond devant les yeux pleins d’espoir devant vos enfants, de crainte que les crêpes refusent d’obéir à votre mouvement de poignet – auquel vous vous êtes pourtant entraîné(e) toute l’année – et n’atterrissent par terre ou sur le feu, ou bien ne retombent mollement sur la poêle en un tas de pâte informe et immangeable, ou pire encore, qu’elles ne décollent même pas dans la poêle. Leur regard émerveillé soudain transformé en un regard embué par la déception, les moues de circonstance, les petites remarques mesquines sur les parents des autres… intolérable (idem lorsqu’on cherche à impressionner l’élu(e) de son cœur) ! Je vous rassure, comme pour tout c’est surtout un « truc » à prendre : si avec mes deux mains gauches j’y arrive, tout le monde peut le faire  !

Mais réjouissez-vous, car si cette perspective vous donne des sueurs froides, ou si simplement vous êtes en quête de nouveautés culinaires, la cuisine hongroise recèle une solution à la portée de tous…

Lire la suite