Pâtes express au pesto de noix « déstructuré »

The recipe in English : Pasta with fake walnut pesto, a five-minute-or-so meal for the not-so-spring-like spring days.

Pâtes au pesto de noix

Après le riz, voici des pâtes ! Et une recette beaucoup plus simple et rapide que la dernière, tellement d’ailleurs que j’hésite à appeler ça une recette… je dirais qu’il s’agit plutôt d’une suggestion méthodologique. C’est que je cuisine des plats prêts en moins de 15 min bien plus souvent que ce que peut suggérer ce blog, en particulier avec des pâtes (sèches, bien sûr, car faire des pâtes fraîches prend un peu de temps) ! Si j’aime le riz pour son côté réconfortant et le trouve bon en toute circonstance, je dirais donc que j’aime tout autant les pâtes pour leur praticité.

Et puis je ne sais pas vous, mais le printemps (mais si, vous ne sentez pas cette douceur dans l’air ?) me pousse inconsciemment à les cuisiner plus souvent, étant donnée la facilité avec laquelle elles s’allient avec les herbes et légumes de saison. J’admets cependant que le plat que je vous livre aujourd’hui ne reflète pas vraiment le renouveau des étals du marché ; il est plutôt destiné aux jours pas si printaniers de début ou de fin de saison (et/ou de fainéantise culinaire), ces jours où l’on a envie de plats chauds et pas très « cuisinés », sans ingrédients originaux, dans le plus pur esprit de l’étudiant fauché ! Il a aussi le mérite de compenser l’absence de basilic, tomates et autres légumes du soleil hors saison…

En fait tout a commencé il y a un moment, à l’époque où l’on avait découvert « Cauchemar en cuisine » à la télé française. Tout le monde parle de Jamie Oliver en ce moment sur les blogs français, mais je trouve que Gordon Ramsay, bien qu’un peu agité du bocal, tient aussi bien la route en tant que chef anglo-saxon d’exportation. Ses idées sont souvent simples, rapides à réaliser et efficaces, principalement inspirés de la cuisine méditerranéenne ou asiatique au sens large. Dans l’un des premiers épisodes que j’aie pu voir, il a piqué ma curiosité avec un plat composé de saumon grillé, d’une quenelle de pesto de noix et d’une poêlée de légumes du soleil, si mes souvenirs sont bons. Je vous avais déjà parlé, juste après que mon nouveau-né de blog a poussé son premier cri, de ma passion pour les noix ; vous imaginez donc bien que l’idée d’un pesto de noix n’est pas tombée dans l’oreille d’une sourde.

Pour moi, la façon la plus simple d’apprécier le pesto traditionnel est de l’associer à des pâtes ; c’est donc ce que j’ai choisi de faire, pour changer de nos sauces et garnitures classiques. Je suis partie d’une recette de pesto de noix trouvée sur Internet (depuis le temps, j’avoue que je ne sais plus où, désolée si quelqu’un se reconnaît !), et on a dans un premier temps beaucoup aimé. Mais à mesure que je refaisais ce plat, on a eu tendance à être de moins en moins satisfaits : quelle que soit la façon dont je procédais, ça finissait invariablement en pâtes suitantes, garnies de boulettes spongieuses ; or M. et moi avons horreur de ces plats qui donnent l’impression de manger du gras à la petite cuillère ! Le problème résidait dans la nécessité de faire chauffer le pesto pour éviter de refroidir les pâtes : les noix et le parmesan fondu s’aggloméraient, se dissociant de l’huile utilisée pour réduire le tout en pâte, tout en rendant eux-mêmes du gras. Mais après m’être découragée pendant tout un moment, j’ai fini par avoir une révélation au sujet de cette recette : puisque ce n’était de toute façon pas un pesto à base d’herbes (qui nécessitent vraiment qu’on les écrase au mortier avec les autres ingrédients pour que leurs arômes se développent pleinement), pourquoi ne pas tout simplement dissocier les différents ingrédients et réaliser la cuisson en plusieurs temps ?!

J’ai donc essayé en faisant revenir des noix préalablement réduites en poudre avec de l’huile pour faire ressortir leur saveur, puis incorporé les pâtes, en mélangeant pour que tout soit tempéré, et enfin ajouté le parmesan, déjà râpé aussi, à la dernière minute. Et cette formule « déstructurée » (c’est tendance ;)) fut la bonne, enfin ! Grâce à l’huile, les noix et le parmesan enrobent bien les pâtes, comme un « vrai » pesto, tout en absorbant une partie de cette huile ; et la saveur des noix est bien présente. Je suis donc contente de pouvoir partager avec vous cette méthode, peu orthodoxe certes, mais efficace, surtout pour les passionnés de noix comme moi.

Note: Si vous préférez quelque chose de plus frais et coloré, je vous suggèrerais d’ajouter du persil haché et du zeste de citron râpé selon votre convenance en fin de cuisson, à la façon d’une gremolata sans ail (son goût serait trop fort dans cette recette) ; j’avais croisé cette association dans un numéro du magazine Zeste, et ça fonctionne bien aussi. N’hésitez pas non plus à essayer avec un poisson, comme dans la recette originale, en mixant les ingrédients du pesto en pâte.

Pâtes au pesto de noix

Ingrédients (pour 2) :

  • 250g de pâtes sèches de bonne qualité ou l’équivalent en pâtes fraîches (les linguine sont une bonne option)
  • 100g de cerneaux de noix
  • 60-70g de parmesan râpé ou d’un fromage similaire râpé (j’utilise du Grana Padano, je le trouve moins salé et moins prédominant en goût)
  • 8 cuillerées à soupe rases d’huile de noix (ou à défaut 6 c.s. d’huile d’arachide)
  • 2 cuillerées à soupe rases d’huile d’olive (ou 4 c.s., si vous utilisez de l’huile d’arachide)
  • sel, poivre

Les ingrédients du "pesto" de noix

Préparation :

Mixer les noix en poudre fine ou un peu grossière, selon vos préférences.

Commencer à faire cuire les pâtes selon les instructions du paquet, ou pour 2-3 min si vous utilisez des pâtes fraîches.

Mélanger les huiles dans une sauteuse et faire chauffer à feu moyen.

Quand c’est assez chaud, faire revenir les noix en poudre jusqu’à ce qu’elles développent leur arôme et brunissent légèrement. Retirer du feu.

Égoutter les pâtes en réservant quelques cuillerées à soupe de l’eau de cuisson et ajouter le tout au contenu de la sauteuse. Poivrer selon convenance.

Bien mélanger à feu doux, puis incorporer le fromage hors du feu, juste avant de servir. Rectifier l’assaisonnement si nécessaire.

Voilà, c’est déjà prêt !

Pâtes au pesto de noix

Bon appétit !

12 réflexions sur “Pâtes express au pesto de noix « déstructuré »

  1. Coucou Helena ! J’adore les noix, j’adore les pâtes, et je n’ai jamais pensé à faire un pesto de noix (enfin disons, sans herbes, ail, etc.). C’est une super idée ! Bonne semaine !

    • Bonsoir Darya, contente que ça puisse t’inspirer ! C’est tout bête comme idée, mais c’est vrai que je n’y aurais pas forcément pensé non plus moi-même. Bonne fin de semaine !

  2. Une très bonne idée cette recette. A retenir.
    Comme toi, la plupart du temps, je ne passe pas plus de 15 – 30 min en cuisine. Tout dépend de la saison et des envies des ogres de la maison.
    A bientôt !
    verO

    • Merci Véro ! Ça me fait plaisir de partager aussi des recettes « du quotidien » de temps en temps, même si les blogs de cuisine ont a priori plutôt pour vocation de faire découvrir des recettes qui sortent du commun. Au plaisir !

  3. Bon, j’avouerais pour ma part que je suis assez peu fan de la noix en cuisine en général (même dans les gâteaux) donc je risque de faire l’impasse… Par contre, pour la première fois nous avons un avis vraiment divergent sur un point: je ne supporte pas Ramsay. Ces plats peuvent être très bon mais sa personnalité, telle que vue à la télé, m’insupporte! (Moi en ce moment c’est rare que je passe peu de temps en cuisine… C’est mon temps préféré, de loisir, de la journée, alors j’adore en profiter à fooond).

    • Tu n’aimes pas les noix ?!? Il faut dire que moi j’y ai été habituée par la cuisine de l’Est, en particulier les pâtisseries de mon grand-père…
      Pour Gordon Ramsay c’est sûr qu’il pousse parfois le bouchon trop loin, quand il fait semblant de vomir ou qu’il casse les gens gratuitement, pour le show (rien à voir avec le geeeentil Jamie ;)) mais j’aime la simplicité de ses recettes, et la passion qu’on sent qu’il met dans la cuisine malgré son statut de chef hyper-médiatisé.
      Tu as bien raison en tous cas de passer du temps en cuisine, je regrette aussi souvent d’avoir « mieux à faire » ! Mais bon, je n’hésite pas non plus à sacrifier plusieurs heures à la cuisine quand il s’agit de faire des découvertes !

  4. Excellent, ça fait envie ! De mon côté je fait mon pesto de noix avec des champignons hachés, ça le détend un peu (vrai qu’il est parfois tout tendu celui là).

  5. Le pesto de noix… Ca me laisse pantois, c’est la première fois que j’en entend parler. Vite j’attrape mon carnet de recette pour noter cette agréable surprise !!

    • Merci ! Oui, c’est tellement simple, et on a tellement en tête le côté végétal du pesto/ »pistou » traditionnel qu’on n’y pense même pas…
      Mais pour les amateurs de noix, c’est un régal assuré ! J’espère que tu pourras le confirmer.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s