« Lángos », l’emblème de la cuisine de rue hongroise

The recipe in English : « Lángos », the ultimate Hungarian street food.

Lángos

Désolée pour le manque d’à-propos, mais pas d’œufs, de chocolat, de lapin ni d’agneau en ce week-end pascal ! En fait, il se trouve qu’aujourd’hui était le dernier jour possible pour participer à un « défi Street food from around the world«  lancé par le site « Recettes.de » ce mois-ci. Ça tombait assez mal pour moi car j’ai eu un emploi du temps un peu chargé, mais j’ai quand même réussi à m’organiser car il était hors de question que je manque cette occasion ! Je suis en effet une grande amatrice de cuisine de rue, qui recèle selon moi souvent plus de merveilles que la cuisine des grands restaurants (en dehors du smoothie brésilien au jus d’œil de bœuf et œufs de poisson, vous connaissez😉 ?!)…

J’aurais bien pu vous proposer une recette de cuisine de rue chinoise, sans conteste la plus riche et celle qui me passionne le plus, mais comme je ne la connais pas d’expérience, et que c’est une occasion un peu spéciale, j’ai préféré vous présenter la principale street food que l’on peut trouver en Hongrie, qui me rappelle mon enfance : les lángos (dites « lanne-gauche »). Il s’agit de galettes de pâte levée frite, qu’on peut manger garnies de la façon qu’on veut, mais personnellement je préfère la version la plus simple, avec seulement un peu de sel. Dans ma famille, on les badigeonnait aussi avec de l’ail pilé ; et parmi les garnitures traditionnelles, il y a de la crème, la fameuse crème aigre des pays de l’Est (mais la crème fraîche fonctionne aussi). Je sais qu’on peut également ajouter du fromage râpé (ou encore des lardons), ce qui personnellement me plaît moins mais que vous pouvez essayer !

Ces beignets salés sont associés pour moi à des journées d’été presque caniculaires passées à la piscine en plein air, où entre deux baignades on allait s’en acheter pour combler nos petits creux à l’espèce de buvette-« baraque à frites » de la piscine. Bizarrement, ça ne nous posait aucun problème d’avaler ces galettes brûlantes par 35°C ! Mais comme manger des choses frites est tout de même moins culpabilisant en hiver (après tout, Mardi Gras n’est passé que depuis un mois et demi, je ne suis pas tellement en retard ^^), le temps actuel, froid mais ensoleillé, me semble approprié ! Les lángos font de toute façon aussi partie de la cuisine populaire hongroise, du moins dans ma famille ; quand ma grand-mère en faisait, on se régalait au goûter, se battant pour la dernière galette quand il y en avait une en trop…

Lángos

Ingrédients (pour 4-5 galettes frites, en en comptant 1-2 par personne) :

  • 100 ml de lait tiède
  • 1/2 c.c. de sucre
  • 1/2 cube de levure fraîche de boulanger (20g)
  • 150 ml d’eau tiède
  • 1 c.c. de sel
  • 300 g de farine + pour le plan de travail
  • huile de friture

Préparation :

Mélanger le lait avec le sucre et y délayer la levure émiettée. Laisser reposer le temps que ça mousse (10-15 min environ).

Levure activée

Dissoudre le sel dans l’eau tiède (vous pouvez aussi porter l’eau à ébullition avec le sel pour le dissoudre, puis la laisser refroidir jusqu’à ce qu’elle soit tiède).

Déposer la farine dans un saladier, ajouter la levure délayée, puis incorporer l’eau progressivement en pétrissant avec une cuillère de bois.

Continuer de pétrir jusqu’à ce que la pâte soit encore humide, mais plus collante (10-15 min environ). Vous allez avoir besoin d’un peu d’huile de coude si vous le faites à la main, alors si vous êtes dans un jour d’extrême fainéantise et que vous avez un robot ou une machine à pain, personne ne vous en voudra si vous vous déchargez dessus pour cette étape😉 !

Pâte à langos

Former une boule (en vous aidant au besoin de la cuillère en bois), saupoudrer de farine puis couvrir et laisser lever au double (environ 1h en été/ 2h en hiver).

Pâte à langos levée

Déposer la pâte sur le plan de travail fariné et la diviser en 4-5 pâtons.

Former une boule régulière avec chacun des pâtons, les fariner puis les laisser lever à couvert sur le plan de travail jusqu’à ce qu’ils doublent de volume (environ 30 min en été/ 1h en hiver).

Pâtons de pâte à lángos

Dans une sauteuse ou un wok, verser de l’huile de friture à hauteur de 5-10 cm. Comme le dit ma grand-mère, il faut que les galettes puissent « nager » dedans ! Et notez que si votre huile n’a jamais été utilisée auparavant, les beignets coloreront moins rapidement.

Faire chauffer à feu moyen à vif, jusqu’à ce que l’huile atteigne 180°C.

Quand l’huile est assez chaude (et pas avant) prendre un pâton et l’étirer par-dessous, du bout des doigts, en laissant le pourtour plus épais, en essayant de ne pas la craquer (mais ne vous inquiétez pas si c’est irrégulier !) : vous devez obtenir une sorte de petite pâte à pizza, d’une vingtaine de cm de diamètre.

Façonnage des lángos

Déposer la galette dans l’huile en faisant attention à ne pas vous éclabousser. La laisser cuire 1-2 minutes jusqu’à ce qu’elle soit dorée, en la retournant et en la piquant des deux côtés avec une fourchette pendant la cuisson.

Cuisson des lángos

Égoutter sur du papier absorbant, puis saler légèrement. Cuire les autres pâtons de la même façon.

Déguster les lángos bien chauds, tels quels ou frottés avec une gousse d’ail et/ou avec de la crème fraîche ou aigre. J’aime les manger en les déchirant progressivement en petits morceaux avec les doigts…

Dégustation d'un lángos

Vous pouvez les garder 1-2 jours et les réchauffer, de préférence au four.

Lángos

Jó étvágyat !

Défi Street Food from around the World

21 réflexions sur “« Lángos », l’emblème de la cuisine de rue hongroise

  1. Miam ! Cette galette a l’air vraiment délicieuse Helena, quelle idée originale pour un concours de « Street food » (que j’adore aussi). Et puis, les températures ne sont peut-être pas encore assez élevées pour aller faire un tour à la piscine, mais il est encore temps de se consoler avec une bonne galette frite sous le soleil hivernal ! Bon « weekend prolongé », si tu as la chance d’en profiter !

    • Merci Darya ! Oui, heureusement, je suis plus tranquille ce week-end, mais du coup j’en profite pour me distraire un peu autrement que derrière mon écran d’ordinateur !
      A mes yeux ce n’est pas une recette si originale que ça, mais c’est effectivement délicieux ! Bon week-end à toi aussi.

      • J’imagine qu’en étant habituée à ces galettes tu ne les trouves pas originales, mais pour nous, non-initiés, elles le sont !🙂

      • Oui, c’est bien ce que je voulais dire ! Désolée si je t’ai paru un peu condescendante, je suis ravie que cela soit une bonne découverte pour toi et mes autres lecteurs !

      • Non non pas du tout ! Mais c’est vrai qu’on a tous nos recettes habituelles qui paraissent nouvelles et différentes à d’autres ! C’est pour ça aussi qu’on aime les partager😀

      • Je suis bien d’accord… et en parlant de non-initiés, c’est vrai que la cuisine hongroise s’apparente parfois à une science occulte😀

  2. Super, je ne connaissais pas du tout cette recette au goût d’enfance! Par contre, la crème aigre des pays de l’Est (enfin, je ne connais que la smantana de Roumanie, mais je pense que c’est la même partout, avec des noms peut être différents) je suis ultra fan, alors qu’à la base, je ne suis vraiment pas crème fraîche du tout !

    • Oui, c’est sûr que la crème aigre a l’avantage d’être plus savoureuse que la crème fraîche, qui garde un peu le goût douceâtre de la crème liquide ; ça se suffit donc davantage en tant que tartinade, même si d’après mon expérience, on l’utilise beaucoup pour cuisiner comme on ferait avec de la crème fraîche. Si ça t’intéresse, en Hongrie elle s’appelle tejföl (ce qui se prononce « tèyefeule »). Le plat le plus connu d’après moi à base de tejföl est le tejfölös csibe (« tèyefeuleuche tchibè »), du poulet mijoté à la crème aigre et au paprika.
      Contente en tous cas de t’avoir fait découvrir cette recette (au goût d’enfance, oui… mais surtout de friture ;)) !

  3. Ces langos me font penser le beignet chinois « you bing » ou « mian yu », un youtiao mais a la forme de tes langos. La pâte doit être très collante, ça ne colle pas trop à la main? Ils ont l’air bien appétissants en tout cas!!

    • Merci Margot ! Oui, je me souviens avoir aperçu les « you bing » il y a quelque temps en me baladant sur Internet, et naturellement j’avais fait le rapprochement ! Déjà, le principe même du youtiao, une pâte à pain frite, m’avait plu entre autres à cause de ça. Sauf que les lángos sont censés être moins croustillants et moins aérés à l’intérieur, et ils ont un goût de levure plus prononcé. Et si ça peut te rassurer, la pâte est tout de même moins humide que pour des youtiao, elle reste collante mais se détache facilement du saladier, des mains, du plan de travail. On prend vite le coup pour étirer les galettes, le principal étant de le faire rapidement ! L’avantage est que ça cuit vite, du coup l’odeur de friture n’est pas trop forte, je sais que tu n’aimes pas trop ça.

  4. On trouve les même en République Tchèque (ou en tout cas à Prague). Je m’en suis régalées, en robe du soir, juste avant d’aller au ballet. Après, j’ai réitéré, bien sûr. Pour avoir testé les versions natures/ail/fromage/ketchup (si; si) ma préférée reste celle badigeonnée d’ail; Hérésie diététique mais si boooon….
    A l’époque où j’hésitais entre mes formations de journalistes et de pâtisserie, je révassais parfois au salon de thé que j’aurais ouvert. J’avais pensé à proposer un stand de cuisine de rue à l’extérieur, en changeant tous les jours de pays…

    • Ah, j’espère que les lángos figureraient en bonne place sur ta carte alors ! Et ce concept me plaît beaucoup, je ne peux que t’encourager à ne pas oublier ton projet😉
      Je n’ai personnellement pas eu l’occasion d’en goûter à Prague, mais effectivement, je suis bien placée pour savoir qu’on n’en mange pas qu’en Hongrie car c’est en Slovaquie, où vit ma famille hongroise, que j’en ai dégusté le plus souvent. Et depuis que j’ai découvert que j’aimais l’ail, je trouve aussi que la version tartinée d’ail est la meilleure après la nature, mais plus jeune je la dédaignais, inconsciente que j’étais ! Par contre il existe une variante traditionnelle que je ne pense pas avoir déjà goûtée, avec de la pomme de terre dans la pâte.
      En tous cas je suis entièrement d’accord avec toi, c’est tellement bon que ça décomplexe totalement😀

  5. Parfait pour l’apéro…j’aime quand on pose ce pain sur la table et accompagné d’un bon verre de vin…on est partis pour une belle soirée…
    belle fin de journée

    • Ah oui, bonne idée de le servir à l’apéritif, à condition bien sûr de manger léger après ! Par contre je n’aurais pas pensé l’associer à du vin, mais je garde ça en tête pour la prochaine fois… Bonne fin de journée également !

  6. Pingback: "Lecsó" : une ratatouille hongroise ? |

  7. un grand merci pour cette recette, ça fait tant d’années que je n’en ai pas mangé ! mes préférées, c’etait les « tejfölö- sajtos »….

    • Décidément, chacun ses goûts ! Merci pour ce sympathique commentaire.
      Et j’espère que tu/vous as/avez pu retrouver les saveurs des lángos d’autrefois grâce à ma recette.

  8. je suis tombée sur ta recette par hasard en cherchant une recette de Arany Galushka – pas grand chose à voir sauf la Hongrie :o)
    et là je tombe sur ces petits pains dont je note précieusement le nom car ils donnent très envie d’y goûter.
    Comme toi je trouve que la cuisine de rue, c’est un cuisine riche et étonnante de gourmandise.
    Merci pour cette découverte

    • Mais de rien, tu es la bienvenue🙂
      J’ai moi-même souvent été agréablement surprise en découvrant davantage la cuisine d’Europe centrale.
      Et la cuisine de rue, ne m’en parle pas…il serait temps qu’on s’y mette en France !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s