À la découverte du cerfeuil : une omelette et un potage

Omelette et velouté au cerfeuil

In English : Exploring the uses of chervil : an omelette and a cream soup.

Dans la série des recettes traditionnelles, rapides et ultra-simples à faire, en voici à nouveau deux bons exemples. Je n’avais pas vraiment prévu de les réaliser, à vrai dire, mais n’ayant utilisé qu’une dizaine de brins de cerfeuil pour réaliser ma recette de salade de topinambour, je me suis ensuite retrouvée avec tout le reste d’une énorme botte de cerfeuil qui ne demandait qu’à être utilisé…

Cerfeuil

Le cerfeuil – dont le parfum rappelle celui du persil, en plus frais, un peu comme de l’herbe coupée – est une herbe aromatique vraiment très délicate et fragile : on ne peut pas la garder plus de 2-3 jours au frais sans qu’elle fane et perde de ses qualités aromatiques. Il était assez rare que j’en achète, avant, car les recettes qui en réclamaient ne l’utilisaient qu’en petite quantité, et je ne savais pas trop qu’en faire avant qu’il ne s’abîme : c’est ainsi que plusieurs bouquets avaient lamentablement fini à la poubelle ou au congélateur, d’où les belles petites feuilles vertes étaient malheureusement ressorties toutes noircies et détrempées, inutilisables. La dernière fois, j’ai décidé qu’une telle attitude de ma part était inacceptable, et une simple petite recherche wikipédiesque (c’est fou comme Internet change notre façon d’appréhender la cuisine !) m’a permis de faire honneur à mon cerfeuil adoré. Soit dit en passant, l’imprévu en cuisine est souvent salutaire : il m’est arrivé assez fréquemment de faire de bonnes découvertes ou de réaliser des recettes repérées depuis longtemps justement grâce à des ingrédients qu’il me fallait écouler ; j’imagine que ça vous arrive également !

Bref, pour en revenir à notre cerfeuil, deux modes de préparation ont attiré mon attention dans l’article de Wikipédia : l’omelette et le potage. Le premier parce que j’adore les œufs et qu’une petite touche verte s’assortit très bien avec, et le deuxième parce que ma foi c’est encore l’hiver, et qu’une petite soupelette ne fait jamais de mal par ce temps. J’ai donc réalisé les deux et je vais vous dire : je crois bien que la prochaine fois, j’achèterais du cerfeuil exprès ! (Surtout qu’il me reste quelques recettes un peu plus sophistiquées à tester – je vous tiens au courant !)

Omelette au cerfeuil

Omelette au cerfeuil

Le principe d’une omelette est enfantin : battre des œufs avec du sel et du poivre, et plus si affinités, et les faire cuire dans une poêle huilée… Je sais que vous en êtes tous capables, mais j’ai découvert que tout le monde ne réalisait pas les omelettes comme moi. Or je suis plutôt contente de ma méthode, qui est la première chose que mon père m’ait apprise en cuisine (à part ajouter le sel à la pâte à crêpes, et l’assister pendant qu’il préparait la poule au pot, en chantant une mémorable chanson dont je ne parlerai pas ici pour sauvegarder l’honneur de la famille). Et c’est d’ailleurs aussi la première chose que j’aie « cuisiné » à M. l’Ogre, si je ne m’abuse. Bref, pour moi, l’omelette, c’est pas de la tarte ! Plus sérieusement, je ne prétends pas détenir les secrets de l’omelette parfaite mais j’avais envie de partager avec vous les gestes qui me permettent de la réaliser comme je l’aime. Libre à vous d’en tenir compte ou pas !

Ingrédients (2 petites omelettes individuelles ou 1 omelette pour 2 personnes, en entrée) :

  • 2 œufs
  • 10 brins de cerfeuil
  • 1 c.c. de vin blanc sec (Riesling)
  • 1/2 c.s. d’huile
  • 1 c.s. de Grana Padano râpé (ou autre fromage râpé, selon vos goûts)
  • 1 pincée de sel
  • poivre selon convenance

Préparation:

Faire chauffer l’huile à feu moyen à vif dans une poêle. Pendant ce temps, laver, sécher et effeuiller le cerfeuil, puis le ciseler finement.

Battre les œufs avec le vin, le sel et le poivre, sans qu’ils commencent à mousser (si le mélange est trop homogène, l’omelette sera plus sèche), puis incorporer le cerfeuil.

Quand l’huile est bien chaude, verser les œufs dans la poêle ; ils doivent être tout de suite saisis (vérifier au besoin avec une petite quantité d’œufs battus).

C’est là qu’intervient ma méthode pour obtenir une omelette bien moelleuse sans être baveuse: ramener les bords de l’omelette vers le centre avec une spatule, et répartir la partie encore liquide des œufs sur toute la surface de la poêle d’un mouvement circulaire du poignet. Recommencer jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de liquide, en veillant à ce que l’omelette garde quand même une forme bien ronde (pour cette quantité d’œufs, je dirais qu’on peut le faire 3-4 fois).

Cuisson omelette au cerfeuil

Lorsque le dessus est suffisamment pris mais pas encore complètement cuit, et que le dessous est doré (soulever un peu avec la spatule pour vérifier, mais normalement c’est assez rapide), saupoudrer le fromage sur la moitié seulement de l’omelette.

Replier l’autre moitié dessus et servir ! Le milieu pas encore sec et le fromage fondu donnent à l’omelette un cœur bien moelleux.

Pour une plus jolie présentation, vous pouvez aussi choisir de découper l’omelette en triangles, comme sur la photo tout en haut ; et pour des omelettes individuelles, procédez en deux temps, soit en divisant les ingrédients en 2, soit en cuisant une moitié de l’appareil après l’autre.

…qui a dit que ce n’était qu’une omelette😉 ?!

Velouté ou potage au cerfeuil

Velouté au cerfeuil

Bon, je ne vais pas en non plus en faire tout un plat : ce n’est jamais qu’une soupe, bien campagnarde, avec des légumes, du bouillon et de la crème. Mais je dois avouer que j’ai été surprise de constater à quel point le goût du cerfeuil était mis en valeur, sans pour autant être trop présent ; étant une grande fan de soupe de cresson ou à base de coriandre, je trouve que le cerfeuil se prête aussi bien, si ce n’est plus, à être utilisé en soupe. À méditer…!

Inspiré d’ici, ici et ici.

Ingrédients (pour 4 bols) :

  • 100g de cerfeuil
  • 300g de pommes de terre
  • 150g de carottes
  • 1 gros oignon
  • 1L de bouillon (un bon bouillon de poule maison en ce qui me concerne)
  • 25g de beurre
  • 20 cl de crème épaisse (facultatif selon moi, je trouve que cette soupe est déjà très bonne sans – avis à celles et ceux qui font attention à leur ligne !)
  • sel, poivre

Préparation :

Éplucher les carottes, les pommes de terre et l’oignon. Couper les pommes de terre en dés, hacher grossièrement l’oignon et détailler les carottes en rondelles.

Rincer et sécher le cerfeuil, puis l’émincer grossièrement (tiges et feuilles).

Sur feu moyen, faire fondre le beurre dans une grande cocotte et y faire revenir l’oignon jusqu’à ce qu’il devienne translucide (5 min environ).

Ajouter le cerfeuil émincé, mélanger rapidement, puis ajouter les carottes et les pommes de terre et mouiller avec le bouillon.

Cuisson soupe au cerfeuil

Ne pas porter à ébullition, mais baisser le feu et laisser cuire à feu doux à moyen, pendant 30-40 minutes, le temps que les carottes et pommes de terre soient cuites.

Saler et poivrer en fin de cuisson, mixer puis incorporer la crème et mixer de nouveau. Rectifier l’assaisonnement si nécessaire et servir bien chaud.

Vous pouvez éventuellement garnir d’un peu de cerfeuil ciselé pour en renforcer le goût (ce qui n’est pas vraiment nécessaire si vous ne mettez pas de crème fraîche ; d’ailleurs, la crème fraîche peut aussi être servie à part pour être ajoutée par ceux qui le veulent).

Omelette et velouté au cerfeuil

19 réflexions sur “À la découverte du cerfeuil : une omelette et un potage

  1. J’ai pas fini mon com, suis mal réveillée ^^ Je crois bien n’avoir jamais essayé version omelette, pourtant, la tienne me donne sérieusement envie. La prochaine fois que je trouve un bouquet, je me lance!

    • Merci ! C’est vrai que souvent, on ne pense pas aux choses les plus simples, alors que c’est tellement chouette une bonne omelette ! En plus en 5 min c’est plié, ce qui n’est pas du luxe parfois.

    • Merci beaucoup pour ton enthousiasme ! C’est vrai que moi qui aime les omelettes un peu « végétalisées », j’étais pour le coup très contente de l’association de saveurs. N’hésite pas à essayer, c’est vraiment tout simple (je ne sais même pas si on peut appeler ça une recette à vrai dire !).

  2. Tu viens tout de même de réussir à me donner envie de préparer une omelette, moi qui n’apprécie pas vraiment ça… Ta technique me parait bien gouteuse et cette simple description m’a donné faim!

    • Eh bien ma foi tu m’en vois ravie ! Mais je suis étonnée qu’on puisse ne pas aimer l’omelette, ceci dit c’est vrai que quand elles sont sèches c’est un peu étouffe-chrétien. Essaie ma technique et donne-m’en des nouvelles, si ça se trouve tu seras définitivement convertie🙂
      J’aime aussi beaucoup en faire sans rien d’autre que du sel et du poivre, et une bonne couche d’emmental râpé au milieu avant de refermer : avec une salade c’est parfait quand on a une petite faim et vraiment peu de temps pour se préparer à manger !

  3. C’est comme si je pouvais déjà le sentir !! :3
    J’ai vu votre conversation plus haut… J’ai une copine qui déteste tout ce qui est composé d’ oeuf !! QUEL dommage!! o.O

  4. Je n’ai pas pu consulté les blogs culinaires quand j’étais à Pékin, et je dois dire que cela me manque terriblement! Ces deux recettes me tentent vraiment, surtout l’omelette, je te dirai le résultat! Bonne soirée. Bises

      • Voilà j’ai fait ton omelette aujourd’hui, et j’ai beaucoup aimé! En plus, en dégustant mon omelette, je pensais que le cerfeuil peut aussi entrer dans la composition de farce pour les raviolis chinois, ça me donne bien envie d’essayer.
        J’en rachète demain pour faire ton velouté, même si ce n’est plus l’hiver, j’ai quand même très envie de manger chaud! Bonne soirée. Bises

      • Super, je suis ravie ! Pour les raviolis, moi j’avais déjà essayé avec de l’aneth, comme tu en parlais dans une de tes recettes de baozi, mais je trouve ça peut-être plus intéressant avec du cerfeuil, j’ai hâte de voir ce qu’il en ressortira🙂
        Bon appétit pour la soupe, j’espère qu’elle te plaira autant (et je suis bien d’accord avec toi à propos des plats chauds, le fond de l’air reste quand même frais) !

  5. Pingback: Pâtes express au pesto de noix « déstructuré  | «

  6. Pingback: Petit message à l’attention de ceux qui ont l’habitude de jeter les feuilles de céleri |

  7. Pingback: Quand c’est chaud, il y a tía tô… |

  8. Pingback: Soupe de cerfeuil, toute simple

  9. Pingback: Chervil Soup

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s