Beignets de fête presque légers à la bière de Noël

Beignets au fer à la bière de Noël

« Je le sens dans mes doigts, je le sens dans mes orteils, Noël est tout autour de moi… »

J’espère que vous avez passé un bon réveillon ! C’est encore un peu la fête, alors un petit cadeau s’imposait : je vous propose déjà une nouvelle recette (eh oui c’est bien connu, les jours fériés ne sont pas chômés pour les blogueuses de cuisine) ! Encore de la friture, me direz-vous… mais que voulez-vous, c’est le moment ou jamais de se faire plaisir quand on est un ogre, et en même temps, ce n’est pas n’importe quelle recette de beignets…

Déjà, elle contient de la bière ET des blancs d’oeufs, qui comme vous le savez probablement, permettent tous deux d’ « alléger » les pâtes à crêpes, à gaufres et à beignets (du moins de leur donner une texture plus aérée).

Mais en plus, chaque beignet n’est constitué que d’une infime portion de pâte, ce qui évite de manger trop et trop gras…

Pour réaliser ces beignets magiques, vous aurez besoin d’un ustensile particulier, qui a été l’objet d’une des lubies que j’évoquais il y a peu et qui ressemble aux fers qu’on utilise pour brûler les crèmes brûlées : le fer à beignets.

fer à beignets

Fer démonté (3 formes disponibles) / monté (une forme vissée à l’extrémité)

Avouez que c’est irrésistible : non seulement ça donne un joli aspect aux beignets, mais ça contribue en même temps à les rendre aussi croustillants que des gaufrettes (d’ailleurs sur l’emballage du mien il est écrit « Waffelbäckerei » / « Waffle moulds », c’est-à-dire « moules à gaufres »). Personnellement, je l’ai acheté dans un magasin près de chez moi qui vend toutes sortes d’articles de cuisine, en particulier des ustensiles de marque allemande (comme celui-ci), mais j’en avais aussi vu sur internet à l’époque, à un prix très abordable (d’autant plus qu’on ne l’utilise pas tous les jours, donc ça dure longtemps !). Il est peut-être un peu tard pour cette année, mais si vous manquez d’idées pour une prochaine liste de Noël, ou voulez faire quelque chose d’un peu original à l’occasion de Mardi gras😉 …

Je ne garantis pas le résultat sans fer à beignets, mais ça ne peut pas être mauvais non plus ^^ dans ce cas, diminuez la quantité de bière (sinon la pâte est trop liquide) et procédez en jetant des quenelles de pâte dans l’huile, comme pour des pets-de-nonne, par exemple.

En ce qui concerne la bière de Noël, j’avais envie de l’utiliser pour voir si une bière plus corsée, au-delà de son effet sur la texture, pouvait apporter quelque chose sur le plan gustatif aussi (je ne suis pas très fan de son goût en tant que boisson, mais il faut avouer que cet arôme de céréales fermentées peut s’avérer intéressant dans la cuisine). Résultat: on ne sent pas trop le goût de la bière dans les beignets cuits, mais ça donne aux beignets un arrière-goût un peu amer plutôt agréable et une belle couleur dorée !

Allez, sans plus attendre, je vous laisse ouvrir votre cadeau🙂

– d’après Saveurs, HS n°7 –

Ingrédients (pour… une bonne trentaine de beignets – j’ai divisé les quantités par deux, parce que sinon ça devient long de les faire et ça gâche un peu le plaisir) :

  • 10g de beurre
  • 1 oeuf entier + 1 blanc d’oeuf
  • 1 pincée de sel
  • 1/2 c.c. d’extrait de citron (- remplacée par 1/2 c.s. de zeste de citron râpé) (facultatif)
  • 125g de farine
  • 15 cl de bière (de Noël en l’occurrence, mais habituellement une bière blonde type Sernia)
  • huile de friture
  • sucre glace pour le service

Préparation :

Faire fondre le beurre et le laisser refroidir.

Fouetter l’oeuf entier avec le sel et l’extrait/zeste de citron le cas échéant.

Ajouter la farine, puis incorporer progressivement la bière et terminer par le beurre fondu.

Une fois la pâte bien homogénéisée, la laisser reposer au moins 1h à température ambiante.

Mettre l’huile à chauffer.

Pendant ce temps, monter le blanc d’oeuf restant en neige et l’incorporer à la pâte délicatement (mélanger d’abord à la maryse un peu de l’appareil avec le blanc en neige pour le détendre, puis incorporer ce mélange au reste de la pâte). L’appareil est un peu plus dense qu’une pâte à crêpes, mais tout de même assez fluide.

Quand l’huile atteint la bonne température (180°C), y plonger le fer à beignets durant 2 min.

Etape 1 : préchauffer le fer

Etape 1 : préchauffer le fer

Pour confectionner les beignets, tremper l’embout du fer préchauffé dans la pâte jusqu’à la moitié seulement de l’épaisseur de la forme (sinon ça ne se détachera pas bien) pendant quelques secondes : ça doit faire « psssssschhhhhhhh » et la pâte se coller sur la forme en une épaisseur égale ; puis soulever délicatement le fer et l’immerger dans le bain de friture de façon à ce que l’embout soit totalement recouvert d’huile mais sans qu’il touche le fond.

Etape 2 : faire adhérer de la pâte sur la forme

Etape 2 : faire adhérer de la pâte sur la forme

En quelques secondes, le beignet va commencer à se décoller de la forme, et en agitant un peu le fer (ou en poussant délicatement sur les bords avec une baguette ou autre) il devrait s’en détacher totalement. Il remonte alors à la surface, et il suffit d’attendre quelques instants qu’il soit bien doré avant de le sortir et de le mettre à égoutter sur du papier absorbant – de préférence côté « creux » vers le bas, sinon le beignet s’imbibe davantage d’huile. On peut en faire 2-3 comme ça en même temps, il suffit de prendre le bon rythme ! Vous verrez qu’il y a toujours des ratés, et qu’au fur et à mesure les beignets ont tendance à se détacher plus facilement du fer, mais deviennent en même temps moins jolis, plus « boursouflés » (sauf, j’imagine, si vous arrivez à maintenir une température constante, mais sans une friteuse électrique ou des plaques à induction ce n’est pas évident). Mais ce n’est pas grave, car c’est bon quand même !

N’hésitez pas à laisser un peu le fer dans le bain d’huile si vous avez l’impression qu’il refroidit un peu, ou à le laisser un peu au repos s’il devient trop chaud : la pâte ne doit pas se décoller du fer tout de suite après avoir adhéré dessus ; mais si ça arrive, ne paniquez pas et enlevez du reste de l’appareil la « peau » qui s’est formée, sinon ça gêne la confection des beignets suivants. Autre conseil : essuyez toujours le fer rapidement sur du papier absorbant avant de le plonger dans la pâte, afin d’éviter que de l’huile s’y mélange.

Vu que ça représente vraiment beaucoup de beignets, la recette originale préconise de les préparer à l’avance en les faisant frire jusqu’à ce qu’ils soient cuits mais pas dorés, puis de les repasser dans le bain d’huile pour les rendre croustillants au moment de servir. On peut aussi les faire comme il faut puis les réchauffer un peu au four, ce que je préfère car ça évite qu’ils soient trop huileux : étant donnée leur faible épaisseur ça se sent tout de suite.

Saupoudrer de sucre et croquer dedans, avec ce qu’il vous reste de bière de Noël (ou pourquoi pas un petit vin chaud maison) !

Beignets au fer à la bière de Noël 2

C’est teeeellement léger, pourquoi s’en priver ? ^^

5 réflexions sur “Beignets de fête presque légers à la bière de Noël

  1. Ces formes en fers sont charmantes, elles me tentent, je vais faire un tour sur internet pour voir si je peux les acheter. Tu as une idée de l’épaisseur de la forme? J’ai l’impression que c’est délicat de tremper juste la moitié de l’épaisseur dans la pâte.
    Bonne fête de fin d’année! Bises

    • Merci, bonnes fêtes à toi aussi ! C’est vrai que j’aurais dû donner une idée de l’échelle, les formes font à peu près 1 cm d’épaisseur et 5 cm de diamètre. Ne t’inquiète pas en fait c’est plutôt facile, car la pâte précuit sur la forme quand on la trempe dedans. Et puis je disais jusqu’à la moitié, mais on peut quand même aller un peu plus haut, une fois qu’on a « pris le coup » !
      En tapant « fer à beignets » dans Google j’ai vu qu’on pouvait en acheter sur plusieurs sites (dont le « Westmark » comme moi). Certains sont un peu différents : ils n’ont qu’une seule forme pas amovible, mais les formes sont parfois plus jolies. En tous cas je pense qu’à Paris tu pourrais en trouver dans des magasins spécialisés, si tu en connais ! Bises

  2. Pingback: Tourteau fromager, le Poitou cheesecake |

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s