Poulet frit « KFC » (Karrément Fondant et Croustillant) pour un Noël sans complexes !

Poulet frit façon KFC

Bon, avant de se sentir obligés de tenir nos résolutions (irréalistes) de début d’année, comme on n’est de toutes façon pas raisonnables avec les repas de fête, pourquoi ne pas assumer notre gourmandise à fond durant ces journées d’hiver ? En plus, le père Noël a en partie été inventé par Coca-Cola, alors ça reste de circonstance😉 Bref, voilà la recette parfaite pour assouvir vos envies hivernales (ou pas) de « malbouffe », parce qu’on ne peut pas manger comme des princes tous les jours et que « le gras, c’est la vie », comme dirait l’autre !

Pour la petite histoire: comme tout le monde (enfin, je crois), il y a des jours où les ogres sont atteints d’une flemme incommensurable de préparer à manger. Plusieurs solutions d’urgence s’offrent à nous dans ces cas, selon l’envie du moment : chinois, italien, sandwiches, kebab ou fast food (oui, il faut dire que vivre en ville a au moins l’avantage d’avoir tout ça à moins d’un quart d’heure à pied ou en voiture)… jusqu’à l’année dernière, ce dernier était un peu un choix par défaut, étant donné que les petits plats de Ronald nous laissaient non seulement un peu sur notre faim, mais aussi une sensation de malaise ! Et puis, ô miracle, un KFC a ouvert à proximité de chez nous, et j’ai enfin pu découvrir les délices du colonel Sanders dont M. l’Ogre m’avait depuis longtemps vanté les mérites ; je vous assure, ça change tout, à condition de ne pas non plus en faire sa cantine, bien sûr : des portions… d’ogre avec un vrai goût de viande, des frites croustillantes, des pains qui se tiennent, la possibilité d’avoir un petit épi de maïs bouilli à la place des frites ou d’une salade trop conventionnelle…

Bien sûr, étant tombée sous le charme (rustique) des croustillants « crispy tenders » et autres « morceaux de poulet entiers », j’ai essayé de les reproduire à la maison, mais je n’arrivais pas à trouver une recette permettant d’obtenir cette combinaison de viande fondante et d’une panure croustillante, tout en relief ; même avec des cornflakes, ça ne fonctionnait pas… Et puis, de fil en aiguille, j’ai découvert la recette authentique, le « buttermilk fried chicken » ; le secret de la fameuse marinade top-secrète de KFC semblait donc être d’utiliser du babeurre (le résidu de la fabrication du beurre à partir de crème entière), très utilisé dans la cuisine américaine, et dont l’acidité permet d’attendrir la viande. Une recette concurrente de poulet frit existe aux Etats-Unis : il s’agit d’un « brined fried chicken », c’est-à-dire du poulet préalablement mariné dans une saumure qui a la même propriété ; mais j’avais peur que ça n’altère trop le goût de la viande, qui avait l’avantage d’être bien présent avec le lait fermenté. Et…je suis finalement tombée sur LA recette qu’il me fallait, sur le blog « local milk » : la bloggeuse qui le tient a justement eu l’idée d’associer ces deux procédés, et sa recette donne également la clé d’une croûte croustillante. L’appareil est tout simplement constitué de babeurre (et non d’oeuf comme pour de la viande panée) et de farine additionnée d’épices et de deux éléments qui contribuent à rendre les panures croustillantes : la fécule de maïs et la levure chimique. Bon, bien sûr, ça n’a pas la même tenue qu’une pâte industrielle, mais c’est plus que satisfaisant pour un plateau télé bien régressif ! Le seul inconvénient est qu’il faut alors prévoir 12h à l’avance d’avoir une crise de « junk-foodite »😉

Ingrédients (pour 4 personnes raisonnables) :

environ 600g de poulet de bonne qualité (4 cuisses avec les hauts de cuisses / 4 blancs de taille moyenne ou une quantité équivalente d’aiguillettes)

Pour la marinade

  • 1/2 tasse d’eau (125 ml)
  • 1 c.s. de sel
  • 2 c.s. de miel (pas d’inquiétude, son goût n’est pas perceptible dans le résultat final)
  • épices selon convenance, mais avec de préférence : muscade, paprika, piment (cayenne), thym, laurier, poivre en grains – on peut aussi utiliser des mélanges tout prêts, du style épices cajun ou pour grillades
  • 1 filet de jus de citron (facultatif)
  • 50 cl de babeurre / lait ribot / lait fermenté*

*En supermarché, au rayon de la crème fraîche et du lait frais ; si vous n’en avez pas sous la main, vous pouvez le remplacer par :

– 3 yaourts nature détendus au fouet avec un peu de lait

– du lait additionné de vinaigre blanc ou de jus de citron à raison d’1 c.s. pour 250 ml: verser le lait sur l’ingrédient acide et laisser reposer 5 min avant de l’utiliser.

Pour la friture

  • 1 tasse de farine
  • 1 c.c. de levure chimique
  • 1 c.s. de fécule de maïs
  • épices selon convenance (pour moi, 1/2 c.s. de sel, 1/2 c.c. de poivre, 1/2 c.c. d’ail en poudre, 1/4 c.c. de muscade moulue ou râpée, 1 c.c. de paprika, 1/4 c.c. de piment de Cayenne, 1/8 c.c. cumin + de l’oignon en poudre si vous en avez) – et/ou des mélanges tout prêts (voir ci-dessus)
  • 1 tasse de babeurre / lait ribot / lait fermenté
  • huile de friture

Préparation :

Placez tous les ingrédients de la marinade sauf le lait fermenté dans une casserole et portez à ébullition, en remuant jusqu’à ce que le sel et le miel soient bien dissous.

Préparation de la marinade

Mes ingrédients pour la marinade : 1 c.s. de sel, 2 c.s. de miel, 1 feuille de laurier, 1 branche de thym, approximativement 1/2 c.c. de paprika, la même quantité de mélange pour grillades, 1/8 c.c. de muscade, une dizaine de grains de poivre.

Laisser refroidir avant de filtrer (placer au besoin la casserole au-dessus d’un récipient d’eau glacée pour que ça aille plus vite), puis incorporer le babeurre et éventuellement le jus de citron (présent dans l’une des recettes américaines que j’ai consultées, sans doute pour renforcer l’acidité de la marinade, mais personnellement je n’en ai jamais mis).

Lait fermenté

Le lait fermenté maigre, un bon substitut au « buttermilk »

Préparer les morceaux de poulet : séparer le cas échéant les hauts de cuisse des pilons ; retirer la peau dans la mesure du possible (la croûte tiendra un peu mieux avec, mais ça risque de former une couche de gras superflue, sans grand intérêt gustatif, entre cette croûte et la peau) : ça marche avec les pilons, mais pas vraiment avec les hauts de cuisses. Veiller en tous cas à ce qu’il n’y ait pas de gras sous la peau ni de bouts de peau détachés de la chair, qui gêneraient le processus de panure. Pour des blancs : les détailler dans la longueur en lamelles d’1 cm d’épaisseur environ, comme des aiguillettes. Pour des aiguillettes : éviter de les dénerver, ça a tendance à déchirer les chairs, ce qui n’est pas très pratique ensuite.

Rincer rapidement les morceaux de poulet à l’eau claire, et bien les essuyer avec du papier absorbant avant de les placer dans un sachet à congélation, ou un tupperware assez étroit. Verser dessus la marinade et mettre au frais toute une nuit ou 1/2 journée (plus ou moins 12 heures, jusqu’à 15).

Poulet mariné

A peu près 2h avant le repas, sortir le poulet mariné du frigo, rincer de nouveau et bien essuyer les morceaux de poulet, puis les laisser reposer à température ambiante pendant 1h. Vous remarquerez que la chair a une couleur un peu laiteuse et que la fibre a l’air attendrie : c’est normal, ça veut dire que la marinade a bien fait son oeuvre !

Poulet mariné rincé

Pendant ce temps, préparez la panure en plaçant dans une assiette creuse le babeurre et dans une autre tous les ingrédients secs (farine, sel, poivre et épices, levure chimique et fécule de maïs). S’il en manque au cours du processus de panure, n’hésitez pas à en refaire en gardant les mêmes proportions, mais normalement ça devrait suffire pour la quantité de viande indiquée. Préparation de la panure

Préparation de la panure 2

Avant de commencer à préparer les morceaux de poulet, lancer le préchauffage de l’huile pour la friture, à feu moyen si vous ne disposez pas d’une friteuse électrique. Procéder en trempant d’abord les morceaux dans la préparation sèche, puis dans le babeurre et à nouveau dans la farine préparée ; surtout, ne cédez pas à la tentation de repasser une deuxième fois les morceaux dans chaque assiette : la croûte devient alors trop épaisse et a alors tendance à s’imbiber d’huile. Déposer les morceaux prêts au fur et à mesure sur une feuille de papier sulfurisé un peu farinée. Le repos va permettre à une croûte de se former à la surface, avec l’apparition d’un relief en « flocons d’avoine » (…cette métaphore n’engage que moi !).

Morceaux de poulet prêts à passer à la casserole !

Morceaux de poulet prêts à passer à la casserole…

Une fois tous les morceaux prêts, contrôler la température de l’huile (avec un thermomètre ou en plongeant une baguette sèche dans l’huile : si des bulles se forment autour de son extrémité, elle est suffisamment chaude), qui doit être aux alentours de 190°C avant d’y plonger les morceaux de poulet (qui vont faire chuter la température). Faire frire tous les morceaux de poulet à la fois si possible, ou par portions si le récipient utilisé n’est pas assez grand, mais veiller à toujours maintenir la température autour de 180°C, l’idéal pour les fritures ; pas besoin de trop remuer, la panure risquerait de se défaire. Au bout de 15-20 min, lorsque les morceaux de poulet ont pris une belle couleur ambrée, les sortir avec une écumoire et les égoutter sur (une bonne couche) de papier absorbant. Saupoudrez au besoin d’un peu de sel…

Poulet frit 2

…tremper dans une sauce musicale de votre choix…

Poulet frit 3

…et attaquez !

P.S. : accompagnez ce « mets de choix » de bonnes frites ou potatoes maison :

"Potatoes wedges", l'accompagnement bonus pour la jouer totalement à l'américaine !

« Potatoes wedges », l’accompagnement bonus pour la jouer totalement à l’américaine !

Pour les réaliser, il vous suffit de…

  • couper en quartiers des pommes de terre (à chair farineuse) avec la peau, préalablement bien nettoyées, 
  • les saler, les poivrer et les agrémenter des épices de votre choix (paprika pour moi, tout simplement), 
  • les arroser d’un bon filet d’huile,
  • malaxer tout ça à la main, de façon à ce que les quartiers de pommes de terre soient bien enrobés,
  • les placer sur une plaque de four recouverte de papier cuisson,

Potatoes prêtes à cuire

…avant de les enfourner au four préchauffé à 200°C pour 30-40min (selon leur épaisseur).

Je vous souhaite un Noël « so good » !

4 réflexions sur “Poulet frit « KFC » (Karrément Fondant et Croustillant) pour un Noël sans complexes !

  1. Pingback: Galettes de sarrasin au magret séché et aux pommes flambées au Calvados |

  2. Bonjour.

    J’adorerai tester votre recette mais serait-il possible de réaliser ces poulets frits au four ?
    Car nous ne sommes pas très friture dans la famille.

    • Je comprends, nous n’en faisons pas tous les jours non plus ! Malheureusement j’ai déjà essayé la même recette avec du blanc de poulet et le résultat n’était pas à la hauteur. Peut-être que ça fonctionnerait avec des cuisses ? Mais sinon, le meilleur conseil que je peux vous donner c’est de paner le poulet avec de la chapelure au lieu de la farine qui ne durcit pas et ne dore pas vraiment avec une cuisson au four. Ou vous pouvez toujours chercher une recette spécifique sur Internet… Bonne chance en tous cas et n’hésitez pas à revenir me dire ce que vous en aurez pensé !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s