Quand c’est chaud, il y a tía tô

Link to English post : Sparkling and cooling perilla drink – coming very soon !

Limonade de tía tô

Bon, allez, cette fois, ça y est, je crois qu’on peut enfin le dire sans conjurer le sort : l’été est bel et bien là. Comment je le sais ? Eh bien, ça fait maintenant plus de deux semaines qu’il fait trop chaud pour travailler

Malheureusement il y en a certain(e)s qui doivent travailler*, mais on peut essayer de se rafraîchir, ou rêver à le faire, avec des boissons faites maison. Et bien que je ne sois pas une grande amatrice de sodas, en voici une que j’aimerais pouvoir siroter à longueur de journée, les doigts de pied en éventail. Ce soft drink clôt, je l’espère avantageusement, ma série de recettes asiatisantes autour de l’apéro – pour peu que vous ayez accès à du tía tô, il fera pétiller votre été !

*dont votre humble servante, qui a depuis peu un job très prenant ; j’espère que ça excusera en partie mon absence sur la Toile ! Je vais faire mon possible pour maintenir un planning de publication régulier sur ce blog, mais regrette de ne pas pouvoir consacrer de temps à vous dire comme je me régale en pensée des recettes que vous proposez sur les vôtres…

Tía tô est un terme vietnamien, mais l’herbe aromatique qu’il désigne est utilisée dans plusieurs pays d’Asie, où elle est présente sous différentes variétés. Il s’agit de la perilla, dans laquelle les afficionados de cuisine japonaise reconnaîtront facilement le shiso

Tía tô

J’en convoitais depuis longtemps pour tester une recette dont j’espère pouvoir vous dire des nouvelles un jour prochain, alors quand j’ai vu ce shiso de substitution au supermarché asiatique, je n’ai pas hésité une seconde (en plus, son prix modique a fait plaisir à mon porte-monnaie). Et je suis tout de suite tombée sous le charme de son parfum, qui, au-delà de son côté herbacé, a quelque chose du… zeste de citron vert. Certains le comparent au basilic, mais franchement, rien à voir.

Seulement voilà : une fois de plus, je n’ai eu besoin que de quelques feuilles et suis restée avec la quasi totalité de la botte sur les bras. La mention d’un "jus de shiso" par Clotilde de Chocolate & Zucchini (dans un article justement dédié à ce passionnant sujet) m’a mis la puce à l’oreille, en tant qu’adepte des boissons un peu médicinales (comme le cola slovaque ou les rafraîchissements chinois). Le jus de shiso est un remède traditionnel contre la chaleur écrasante des étés au pays du soleil levant, réalisé avec une variété totalement pourpre pourpre et à l’origine dilué (mais pas trop) avec de l’eau plate, au moment du service (ou utilisé pour réaliser des cocktails, mais ça c’est une autre histoire ;)).

En dehors de l’attrait d’une telle boisson fraîche dans les circonstances actuelles, l’avantage était que tout mon tía tô était destiné à y passer. Mais l’inconvénient était qu’il m’en aurait justement fallu plus ! Qu’à cela ne tienne, je me suis lancée en adaptant un peu les proportions, surtout que j’ai lu récemment que la perilla vietnamienne a plus de saveur que son homologue japonaise. Et, avec la tendance actuelle des eaux gazeuses aromatisées (je suis sûre que vous voyez de quoi je parle…), j’ai eu envie d’en faire une sorte de "limonade". Verdict : une boisson désaltérante, parfaitement équilibrée et surtout délicieusement parfumée ! Le goût est herbacé mais pas "médicinal" à proprement parler, bien présent sans être trop intense. Bref, une excellente découverte que j’espère pouvoir transformer en un standard… je ne peux que vous donner le conseil suivant : si vous tombez sur du tía tô (à chercher en magasin d’alimentation asiatique – chinois/vietnamien/thaïlandais, japonais ou coréen), achetez-en plutôt deux bottes qu’une !

Limonade de tía tô

D’après Japan Eats.

Ingrédients :

Pour un peu moins d’1L de "limonade" de tía tô.

  • 1 botte (~ 100g) de tía tô ou de shiso rouge (mais dans ce cas, augmenter un peu la quantité)
  • 330 ml d’eau
  • 2 c.s. de vinaigre de riz blanc (en épicerie spécialisée ou en ligne) ou "vinaigre pour sushis", ou un ingrédient acide de substitution (je pense que le vinaigre de cidre ferait l’affaire, mais je n’ai pas essayé ; clic ici pour d’autres idées)
  • sucre en poudre : le même poids que les feuilles de tía tô après effeuillage (~ 35g)
  • 1 bouteille de 75 cl d’eau gazeuse bien fraîche
  • des glaçons (facultatif)

Préparation :

Laver, sécher puis effeuiller consciencieusement les tiges de tía tô, en éliminant les feuilles qui seraient éventuellement un peu blettes.

Tía tô effeuillé

Porter l’eau à ébullition avec le vinaigre à feu moyen, dans une petite casserole.

Ajouter les feuilles de tía tô, baisser le feu d’un cran et laisser cuire à petits bouillons pendant 5 min.

Jus de tía tô non filtré

Filtrer en gardant à la fois le liquide (devenu pourpre) et les feuilles.

Laisser refroidir ces dernières jusqu’à ce qu’elles puissent être manipulées à la main sans danger de brûlure, puis les presser au-dessus du récipient contenant le liquide de façon à récupérer le maximum de jus.

Jus de tía tô filtré

Jeter les feuilles, puis remettre l’ensemble du jus à chauffer avec le sucre, à feu moyen-doux, pendant 15-20 min, en remuant de temps en temps.

Pendant ce temps, stériliser une carafe (de préférence dotée d’un bouchon) ou autre récipient en verre hermétique, avec son couvercle. Pour cela, les ébouillanter ou les passer à la vapeur pendant une quinzaine de minutes (voir cette recette ou celle-ci pour plus de précisions sur le sujet) puis laisser sécher à l’air libre.

Une fois le jus tiédi, le verser dans la carafe. On peut le conserver tel quel, comme un sirop à diluer selon convenance comme dans la recette qui m’a servi de source d’inspiration, ou réaliser la "tía tô-ade" en versant le contenu de la bouteille d"eau gazeuse sur le jus (ça doit s’homogénéiser tout seul).

Préparation de la "limonade" de tía tô

Limonade de tía tô

Déguster cette boisson frappée, de suite, en ajoutant des glaçons si vous souhaitez (mais pour être honnête, je trouve ça mieux sans).

Elle se garde au frais une journée voire deux, à condition de bien la reboucher pour éviter que les petites bulles se perdent !

Limonade de tía tô

Bye bye P*lco ;) !

Plus :

Si vous en avez fait en plus grande quantité et qu’il vous reste du jus, rien ne vous empêche de le diluer avec un peu d’eau et d’en faire des esquimaux, un sorbet ou encore un granité si vous n’avez pas de sorbetière ou de moules à esquimaux (pour cela, le mettre dans une barquette ou boîte hermétique au congélateur par tranches de 30 min et gratter à la fourchette la glace qui se forme, jusqu’à ce l’ensemble ait la consistance désirée) – rafraîchissement garanti !

Esquimau au tía tô

About these ads

12 réflexions sur “Quand c’est chaud, il y a tía tô

  1. Enfin une boisson qui change !!! Wahou, où est-ce que je vais trouver du tia tô moi ?? Je connais pas trop les boutiques asiatiques dans le coin… Faut absolument que j’en dégote ici ou là !
    Cette belle couleur me fait trop envie et comme toi, moi aussi je suis toujours au boulot, alors il faut bien se motiver avec quelque chose , non ?
    Bon courage pour le boulot prenant !

    • Quel enthousiasme, ça fait plaisir :D
      Je suis désolée, c’est vrai que ça m’embête toujours de parler de choses aussi exotiques, voire ésotériques sans pouvoir indiquer de source sûre d’approvisionnement ! Il y a un Paris Store à Tours, donc si tu as un jour l’occasion d’y passer je pense que tu pourras en trouver là-bas… Sinon il y a apparemment aussi un "Asia Store" bien achalandé à Poitiers-même, alors qui sait ?!
      Sinon je prépare un autre billet à propos d’une boisson, et je crois que cette fois tu auras tout ce qu’il faut sous la main pour la faire, mais… un peu de patience ;)
      Merci pour ton passage, et bon courage à toi aussi si tu travailles ou bonnes vacances !

  2. C’est donc ce méchant travail qui te tenait loin de ton clavier d’ogresse ! Oh la la le vilain ! J’espère qu’au moins il t’épanouit et qu’il fait plaisir à ton banquier. Tu t’es cependant servie de ton absence pour mieux revenir, cette boisson m’a l’air très désaltérante et j’adore la couleur ! Merci pour cette recette originale et utile au demeurant.

    • Merci de te montrer aussi compréhensive, Petite Banane ! Malheureusement ce n’est pas le travail le plus épanouissant du monde, mais au moins ça met du beurre dans les épinards, que dis-je… du tía tô dans l’eau ;)
      Je suis contente que cette boisson te plaise (je dois avouer que bien que je sois loin d’être une fashionista, j’étais assez fière de sa couleur "girly" !), et espère que tu auras l’occasion de l’essayer un de ces jours !

      • Ça fait des mois que j’attends de trouver le meilleur moment et la meilleure façon de répondre à ton chaleureux message, mais comme les choses les plus simples sont souvent les meilleures, je te dirai simplement: un grand merci… je me suis sentie l’espace d’un instant comme le général de Gaulle en 1958, ou un artiste qu’on rappelle sur scène à la fin du concert ! Mais j’ai préféré lâchement fuir la blogosphère plutôt que d’assumer mes responsabilités envers mes amies blogueuses et loyales commentatrices… ainsi que ma volonté de changer de cap. Je prévois donc bien de revenir, à un moment ou à un autre, mais sans doute pas sous le voile d’une ogresse. Et j’espère de tout cœur réussir à susciter de nouveau un intérêt de ta part !

  3. Chaque fois que je te lis, je reste admirative devant tes articles si complets et richement illustrés. Un grand bravo, car c’est du boulot que de pondre de tels articles.
    A bientôt
    verO

    • Merci beaucoup pour ce retour positif, verO ! Tout le plaisir est pour moi, même si c’est vrai que ça représente pas mal d’heures de travail (heureusement que j’ai pris un peu d’avance ;))…
      A bientôt !

    • I wonder whether you’re gonna stop again by here, but I really wanted to FINALLY give you some answer ! As always your comment raised a smile from me, miss this now ! Sadly you won’t be able to "annoy" me this way since I had to completely give up blogging (hopefully just for now) – I hardly even remember how I made this drink haha…
      Here’s the link to the recipe I adapted though, if you’re still interested: http://japaneats.tv/2010/07/19/recipe-shiso-juice/ (I simply reduced the amount of water of one third, the amount of both sugar and shiso leaves to about 35gr and the rice vinegar to 2 tbsp, and added 75ml of chilled sparkling water at the end – we had a hot summer here !). But I bet it’s quite too chilly now in London to feel like having such a cooling drink ! Cheers !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s