Petit message à l’attention de ceux qui ont l’habitude de jeter les feuilles de céleri

Cuisson des feuilles de céleri

Si vous vous demandez pourquoi je m’apprête à faire cuire au four des feuilles de céleri, c’est que vous n’avez pas encore découvert l’astuce dont je m’apprête à vous parler… Intrigué(e) ? Lisez la suite !

Wondering why I’m going to bake these celery leaves ? If you can’t guess, it means you did not yet discover the trick I’m to tell you about. Interested ? Click here and you’ll be aware too !

Pas de recette à proprement parler, aujourd’hui. Je sais, je sais, après plus de deux semaines depuis mon dernier message, vous devez penser que je néglige mes responsabilités de blogueuse. Mais sachez d’une part que ce temps passé (un peu plus) loin de vous, chers lecteurs, a été employé à bon escient (c’est-à-dire, entre autres, à faire la cuisine, penser cuisine, rêver cuisine… – bref, à rester une ogresse digne de ce nom et surtout préparer un retour en force ;)), et d’autre part que ceci est plus qu’une recette – c’est la voie ouverte à une infinité de recettes. J’exagère peut-être un peu, mais j’étais tellement contente de ma découverte que j’avais envie de la partager avec vous et de vous faire part des idées qu’elle m’a inspirées.

Il y a quelque temps, lors d’une visite au supermarché asiatique, j’avais acheté une belle botte de céleri chinois, qui se trouve être beaucoup plus fourni en fanes que le céleri cultivé dans les pays occidentaux. Du coup, après avoir paré les tiges, plus de la moitié du poids de ma botte de céleri m’était restée sur les bras, et je ne pouvais me résoudre à jeter ces malheureuses fanes !

Ma première pensée fut de les utiliser dans un velouté (dans ce goût-là), ce que j’ai d’ailleurs fait ; vous trouverez facilement plusieurs recettes similaires en tapant « soupe de fanes de céleri » dans votre barre de recherche favorite (le principe étant simplement de faire mijoter les feuilles de céleri avec pommes de terre, carotte, eau et assaisonnement jusqu’à ce que l’ensemble puisse être passé au mixeur : basique, mais efficace !).

Mais j’avais envie de quelque chose d’autre, de moins rustique, plus subtil en quelque sorte. Quelque chose comme… un sel aromatisé. Eh oui, j’imagine que vous êtes nombreux à avoir déjà fait ce genre de chose, mais pour moi c’était une première. J’avais déjà dû apercevoir ça au fil de mes errances sur la toile et me dire que je m’y essaierais, mais cette fois, j’avais une motivation urgente pour mettre cette idée (brillante) en œuvre !

Sel de céleri

Sans doute utilisez-vous aussi souvent du céleri dans votre cuisine, au quotidien. Le céleri s’adapte facilement : bouillons, risotti, plats mijotés et tutti quanti… le céleri est notre ami. Le sel de céleri (ça me trouble un peu, ce « de », pas vous ?) me semble du coup être plutôt polyvalent, mais on peut toujours imaginer utiliser ce procédé avec d’autres aromates (oui, d’ailleurs, il m’arrive d’utiliser les feuilles de céleri en remplacement du persil plat) ou toute autre plante (comestible, j’entends) de votre choix. Personnellement, mais c’est peut-être parce qu’en ce moment j’en mets un peu partout, l’idée d’un « sel de sauge » me plaît bien. N’hésitez pas à me faire part des vôtres, d’idées !

Tout ce que vous avez besoin de savoir pour réaliser ce fameux sel aromatisé se trouve ici, sur l’excellent blog « Chocolate and Zucchini (en VF) ».

Comme vous pouvez le voir sur les photos ci-dessous, j’ai suivi les instructions à la lettre…

Cuisson des feuilles de céleri

Disposer les feuilles de céleri (lavées et bien séchées au préalable) sur une plaque de cuisson recouverte de papier sulfurisé sans qu’elles se chevauchent, et enfourner dans le four qui préchauffe (ou à ~ 150°C)…

Feuilles de céleri séchées après cuisson

…jusqu’à ce qu’elles soient suffisamment desséchées, sans être colorées (5-10 min).

Émietter les feuilles de céleri

Les émietter le plus finement possible entre les doigts, en éliminant les morceaux de feuilles fibreux, moins friables.

… en ajoutant tout de même mon petit grain de sel (héhé), ou plutôt de fleur de sel, afin d’obtenir un sel moins « salé », si je puis dire (on peut ainsi l’utiliser en plus grande quantité, en rendant l’arôme de céleri plus présent)…

Fleur de sel

Ajouter aux feuilles de céleri émiettées un volume de sel identique…

… et en me simplifiant un peu la fin du processus : j’utilise un moulin à café et épices (mais un mini-hachoir ferait probablement l’affaire) pour combiner les deux ingrédients, non seulement pour aller plus vite et obtenir une poudre plus fine, mais aussi parce qu’au mortier, je trouve qu’ils ne s’amalgament pas suffisamment (ou alors je ne suis peut-être pas assez douée – ou patiente – pour ça !).

Finition du sel de céleri

…et mélanger intimement en utilisant un mortier et un pilon / un mixeur ou mini-hachoir / un moulin électrique, jusqu’à obtention de la consistance désirée (une poudre assez fine pour ma part).

Et voilà le sel de céleri prêt à :

… saupoudrer un jus de tomate (ou sa version bloody mary pour take a walk on the wild side), la boisson qui semble avoir été créée pour aller avec ce condiment (ou le contraire !) ;

Jus de tomate au cel de céleri

… assaisonner un bouillon (j’adore l’arôme du céleri dans les bouillons, pas vous ?), ou un ragoût à l’italienne, un risotto, bref tout ce pour quoi vous utiliseriez des branches de céleri ;

Bouillon au sel de céleri

… préparer la vinaigrette d’une salade de carotte râpées (constituée par ailleurs d’huile neutre, de vinaigre de cidre et de poivre blanc) ;

Carottes râpées en vinaigrette au sel de céleri

… parfumer un plat de pâtes ordinaire (ici au thon à l’huile d’olive, câpres et tomates cerise poêlées – bon, on ne sentait pas trop le céleri, mais c’était tout de même bon, alors je ne vous en priverai pas ;)).

Pâtes au thon, tomates et sel de céleri

Et pourquoi pas, si vous en avez accumulé une certaine quantité, réaliser la croûte d’un poisson cuit au four en croûte de sel, par exemple (je viens d’y penser et n’ai donc pas eu le temps de tester, mais je vous fais confiance pour exploiter l’idée ;)).

Sel de céleri

À très bientôt, amis ogres (avec une vraie recette made in l’ogrerie), et gare aux coups de soleil !

18 réflexions sur “Petit message à l’attention de ceux qui ont l’habitude de jeter les feuilles de céleri

  1. Malheur de malheur ! J’ai un pied de céleri perpétuel avec mes aromatiques. Mais comme il prenait un peu trop d’ampleur à mon goût et cachait un peu le soleil à sa voisine, la verveine citronnelle , je l’ai « légèrement  » taillé hier soir.
    Les feuilles ont terminé au tas d’humus…
    Mais c’est vrai que je n’ai pas trop l’habitude d’utiliser le sel de céleri.
    Promis, la prochaine fois, je ne jette pas et je teste !

    • Oh, en même temps ce n’est pas vraiment gâché si ça retourne à la terre nourricière :)
      Et si j’avais un plant de verveine citronnelle, je crois que moi aussi j’aurais coupé le céleri !
      En tous cas, tu auras bien une autre occasion pour tester, et puis je ne me fâcherai pas si ce n’est pas le cas ;)
      Merci pour ton passage !

  2. Oh ben, je ne vois ce nouveau billet que maintenant ! Super ! D’habitude, je congèle les feuilles de céleri et je les utilise quand je fais du bouillon, mais c’est une super idée le sel de céleri ! Je ne bois jamais de Bloody Mary (pourtant j’adore ça), mais même dans une sauce ou une soupe, ça doit être un super assaisonnement ! Merci pour le joli billet et bonne soirée

    • Merci Darya ! Ce n’est pas un condiment qui révolutionne la cuisine du quotidien, mais il a l’avantage d’être « versatile » (dans le sens anglais), à condition de bien le doser.
      Je garde moi-même en tête ton idée de congeler les feuilles de céleri, c’est quelque chose que je fais pas mal aussi, y compris avec les herbes aromatiques.
      Et c’est vrai que c’est très bien pour les bouillons (notamment les court-bouillons) !
      Bon week-end !

  3. Je n’ai jamais pensé à sécher les feuilles, en Chine, on les mange juste en salade à peine cuites (ou en soupe express). Je note cette idée, il faut dire que je n’achète pas trop souvent le céleri à cause de mon mari qui le déteste ! Bonne fin de semaine. Bises

    • Ah, dommage… Mon fiancé, par contre, adore le céleri sauté à la chinoise dont j’ai trouvé la recette sur ton blog :)
      Mais je suis à mon tour très intéressée par tes salade et soupe de feuilles de céleri ! Je les ai déjà utilisées dans une soupe légère (à l’œuf poché), mais je me demandais justement si on ne pouvait pas les intégrer à un plat au wok par exemple…
      Bonne fin de semaine à toi aussi, bises !

    • Merci pour ce retour positif ! Je n’y aurais sans doute pas pensé moi-même, mais je suis ravie de pouvoir partager cette découverte maintenant.
      Bon week-end également !

  4. Excellente idée! En fait, c’est plutôt du céleri au sel et non pas l’inverse (et tant mieux! je préfère ta version et je vais la copier très bientôt). Jusqu’alors je congelais les feuilles pour les mettre ensuite dans les bouillons. Je sèche les légumes fanés ou tout simplement vieux, aussi pour le bouillon, mais je n’ai jamais séché les feuilles de céleri. Tu m’as donné une toute nouvelle idée! Merci.

    • Merci de ton enthousiasme Sissi, j’espère que tu apprécieras bel et bien ce « céleri au sel » alors ! Moi c’est ton idée de faire sécher les légumes plus très frais qui me plaît, car j’ai de plus en plus de scrupules à jeter la nourriture, je déteste le gaspillage !

  5. Ha je suis une dingo de ce sel de céleri : Esterelle m’en a donné une petite boite un jour je crois que j’en aurai mangé à la petite cuillère. Sinon l’idée du sel de Sauge est tout simplement diabolique …………

    • Haha, « diabolique », on croirait entendre C. Michalak – sacré compliment ! Oui j’avoue que c’est une idée qui me hante depuis que j’y ai pensé, j’ai justement un beau bouquet de sauge sous la main, il va falloir que je la mette à exécution sinon je crois que je vais en perdre le sommeil ;)
      Mais dis-donc, tu as de super connexions avec le « milieu », je ferais bien de rester dans tes petits papiers :D
      (ceci dit, personnellement je n’imagine pas manger de ce sel à la petite cuillère, j’ai autant de mal avec ce qui est trop salé qu’avec ce qui est trop sucré… une fois bêtement j’avais oublié que c’était du sel, justement, et j’en ai fort généreusement saupoudré un plat – résultat j’ai cru que j’allais me lyophiliser !)

  6. J’en mangeais tout cru de ton sel de céleri ! Avec de la fleur de sel, en plus, on en prend une pincée, hop, dans la bouche et ça va direct dans mes artères. Alors vaut peut-être mieux les jeter ces fanes, finalement… :-)

    • C’est sûr que ce n’est pas tout à fait comme ça que j’imaginais l’utiliser ;)
      Plus jeune c’est vrai que j’adorais le sel, je resalais toujours mes plats en mangeant, mais heureusement j’ai réussi à me défaire de cette vilaine habitude, ce qui me permet d’apprécier la délicate saveur du tofu par exemple :D
      Et depuis que j’ai découvert la fleur de sel, ça me décomplexe un peu !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s